Comment aider un proche

 

 Il est normal d’avoir peur de la réaction d’une personne que vous aimez en la confrontant sur son problème. Cependant, il est important de comprendre que fermer les yeux sur ce qui se passe ou ce que vous discernez pourraient à long terme devenir encore plus grave. 

 

La meilleure chose à faire est d’exprimer votre inquiétude, vos soucis et vos propres sentiments face à ses comportements ou son état. Insistez sur ce qui vous inquiète plutôt que sur la façon dont elle se nourrit, sur son poids ou la grosseur de son corps. Vous pouvez lui poser les questions qui vous préoccupent, mais vous ne pouvez pas la forcer à y répondre. Ne la brusquez pas et offrez lui de vous répondre lorsqu’elle sera prête à en discuter, car même si elle ne veut pas parler, elle comprendra que vous êtes prêt à écouter sans la juger ni la forcer. Offrez-lui quand même les ressources, car il est possible qu’elle soit prête à parler à quelqu’un qui ne la connaît pas. Dans cette éventualité, il ne faut surtout pas s’en offusquer, car elle peut simplement avoir peur de vous perdre en révélant certains comportements qu’elle a elle-même beaucoup de difficulté à accepter. Cela peut sembler paradoxal, mais il faut considérer ce trouble comme une « soupape de sécurité » contre un mal-être profond ou encore certains problèmes psychologiques, personnels ou sociaux importants et perçus comme étant trop difficiles à surmonter pour la personne touchée. Il est essentiel de ne pas gérer ou contrôler son alimentation. En agissant ainsi, vous renforcez son comportement en plus de vous enliser mutuellement dans une lutte de pouvoir où personne n’en ressortirait gagnant. La pression sociale pour se conformer à des normes de beauté irréalistes renforce le sentiment de ne pas être accepté socialement qui porte atteinte à l’estime personnelle. Ce qui contribue à l’adoption de comportements qui peuvent déclencher un trouble des conduites alimentaires (TCA). On ne peut pas agir directement sur le trouble ni sur la société, mais chaque être fait partie du tout et peut se questionner sur ses propres attitudes et perceptions à l’égard du poids. Est-ce que l’apparence physique est importante pour vous? Avez-vous peur de prendre du poids? Suivez-vous un régime? Faites-vous de l’exercice uniquement pour perdre du poids? C’est en changeant nos propres attitudes et perceptions qu’on peut arriver à faire changer les choses. Un petit pas pour chacun est un grand pas pour la société.

 

Seule la personne touchée par un TCA peut décider de demander de l’aide ou faire le choix du genre d’aide qui lui convient. Cependant, votre rôle est de l’encourager à consulter un professionnel. Un refus de demande d’aide peut devenir frustrant, incompréhensible et vous faire sentir encore plus impuissant. Il est par conséquent important de faire vous-même une demande d’aide pour vous permettre d’exprimer vos sentiments, de trouver du soutien et surtout, connaître et respecter vos propres limites. Il faut toutefois rester vigilant du fait que ce trouble peut devenir fatal et il faut alors agir en conséquence. En effet, dans certains cas, il est possible que vous jugiez que son état constitue une urgence médicale, vous devez alors intervenir pour lui permettre d’obtenir les soins médicaux essentiels.

Partager via un média social

Aider un proche